Le boeuf à bosse, ou zébu (omby) fut importé d’Afrique continentale. Domestiqué, il devint rapidement un des piliers de l’économie malgache : monnaie d’échange, fruit de la dot lors des mariages et garant du statut social. Symbole de prestige il est sacrifié durant les cérémonies funéraires afin d’accompagner l’âme du défunt vers l’au-delà. Cette tradition trouverait ses origines lointaines en Indonésie. À la fin du XIXe siècle, la colonisation francaise s’établit à Ambalavao, lieu stratégique et frontalier entre le grand sud et les hauts plateaux. En 1916, la ville devient le terminus de la Route Nationale 7, et les échanges commerciaux s’accroissent. C’est à cette époque qu’Ambalavao devient le premier marché de zébus de Madagascar, où convergent les grands troupeaux. Le marché est installé sur une petite colline au sud de la ville surplombant un paysage majestueux. On y admire en contrebas les derniers troupeaux qui viennent trouver acquéreur, convoyés à pied depuis le grand sud. À Madagascar, le zébu est sacré. Les tribus Bara et Antandroy, au sud, lui vouent un culte particulier. Ces bovidés constituent leur seule richesse. Leur voyage jusqu’au marché d’Ambalavao est une longue marche d’un mois ou deux à travers le désert et la savane, passée à braver le danger et les pillards. Car les dahalos, ou voleurs de zébus, sont un fléau dans la région. Chez les nomades Baras, la coutume veut que pour devenir adulte, un jeune doive montrer sa bravoure par le vol d’un zébu. À Madagascar, le zébu est le symbole de la richesse et de la puissance. Il est sacrifié lors des fêtes traditionnelles et notamment celle du retournement des morts (Famadihana). Le marché hebdomadaire se tient le mercredi et le jeudi matin. Deux jours d’intenses palabres et de transactions entre les éleveurs et les négociants d’Antananarivo. Des centaines de zébus attendent dans de vastes enclos la décision finale. Une fois le marché conclu, ils sont transportés par camions à bestiaux vers la capitale.

    Texte (1000 – 1500 mots) et reportage photo complet, sur demande.