Situé dans le grand sud malgache en pays Tanala et Vezo, le parc de Tsimanampetsotsa fut créé comme réserve naturelle par les Francais en 1927, puis agrandi en 1966 pour devenir parc national. Le site d’environ 43 000 hectares est également classé par la convention de Ramsar, visant à la protection des zones humides. La particularité du parc réside dans son lac de 20 km de long et 3 km de large, peu profond (au maximum 2 m), qui touchait jadis la mer. Des siècles de sécheresse les ont désormais séparés. La mer proche d’une dizaine de kilomètres l’alimente encore par le biais des nappes phréatiques. Il est aussi alimenté par cinq sources d’eau douce qui s’écoulent du plateau qui le surplombe. Un phénomène chimique lié à une teneur élevée en sulfate de chaux fait varier la teinte du lac, d’un blanc laiteux vers un bleu turquoise, durant une même journée. Le panorama offert aux rares visiteurs est saisissant. Sur les rives du lac, les arbres sont pétrifiés, résultat d’une salinité élevée. Ce parc est également très prisé des ornithologues et des scientifiques : on répertorie 72 espèces d’oiseaux endémiques, qui y ont élu domicile. Son isolement en a fait un refuge à flamants roses.

    Texte (1000 – 1500 mots) et reportage photo complet, sur demande.