Madagascar produit du sel marin depuis le milieu du XIXe siècle. Deux importantes salines sont exploitées dans l’ile. La saline d’Antsahampano, située au fond de la baie de Diego Suarez, au nord, et celle d’Antsira aux environs de Bélo-sur-Mer, à 70 km au sud de Monrondave. Leur capacité de production varie, autour de 50 000 tonnes par an pour la première et de 15 000 pour la seconde. Elles approvisionnent une part importante du marché malgache et exportent vers les autres iles de l’Océan Indien occidental : La Réunion, Maurice, Seychelles, Comores et Mayotte. Les principaux débouchés sont le sel alimentaire et le sel industriel. Le procédé nécessite une réelle gestion de l’eau de mer, avec un suivi de la salinité tout au long d’un parcours bien défini d’échanges entre des surfaces successives (partènements). Une fois la bonne concentration en sel obtenue, l’eau de mer, transformée progressivement en saumure (eau chargée en sel), est amenée sur d’autres surfaces appelées « tables salantes » sur lesquelles, après évaporation continue, la récolte peut avoir lieu. Hommes et femmes entament alors la collecte manuelle. Un travail harassant, effectué souvent sous une chaleur accablante et malgré une forte réverbération, qui abime les yeux non protégés.

    Texte (1000 – 1500 mots) et reportage photo complet, sur demande.