Depuis vingt siècles, Madagascar a été faconnée par des peuples venus d’horizons divers : Afrique, Asie du sud-est, Proche-Orient, Inde et Europe, pour créer la société pluriculturelle malgache actuelle. Ce pays de 18 millions d’habitants compte plusieurs communautés « ethniques ». Les Merinas et leurs cousins Betsileos, principaux habitants des plateaux, descendraient essentiellement d’immigrants venus de Malaisie et d’Indonésie il y a 2000 ans. Les régions côtières sont habitées surtout par des populations métissées : Malais, Indonésiens, Africains et Arabes. À partir du XVIe siècle, les observateurs européens distinguent quatre principaux groupes : Sakalave à l’ouest, Antanosy au sud, Betsimasaraka à l’est et Merina sur les hautes terres. À partir de ces composantes, d’autres sous-groupes vont être identifiés. Ces populations se sont réparties sur toute l’ile, formant des communautés qui ont chacune leurs traditions, leurs traits culturels propres. Aujourd’hui, la communauté malgache d’origine afro-asiatique représenterait 98 % de la population de l’ile, et se diviserait en 18 ethnies. Pour autant, il est vain de dresser un découpage ethnique de l’ile en fonction d’une éventuelle origine migratoire. Ainsi, les territoires de ces groupes sont aussi le produit des anciennes formes d’organisation politique et sociale (clans, tribus, royaumes) ; leurs identités sont le fruit des échanges du passé. Ces sociétés ont en commun une histoire partagée, faite de métissages humains et culturels. En dépit de cette diversité originelle et de ce découpage en 18 communautés, mettant l’accent sur la richesse culturelle de l’ile, on peut tout aussi bien affirmer qu’il n’existe qu’un seul peuple malgache.

    Texte (1000 – 1500 mots) et reportage photo complet, sur demande.