Sur la côte ouest de Madagascar, entre Itampoul et Nosy Be, de petites goélettes pratiquent le cabotage. De jour comme de nuit, dans un sens comme dans l’autre, leurs voiles rectangulaires croisent au large. Durant le règne de Radama II (1861-1863), Madagascar commercait avec les contrées voisines. Le roi fit venir de France des charpentiers afin de former les habitants aux techniques de construction navale afin de désenclaver la région et développer le commerce. En 1904, un ingénieur breton créa un chantier naval à Morondava et une école de charpenterie de marine à 70 km au sud, à Bélo-sur-Mer. À l’origine, seuls quelques villageois prenaient des cours, mais ils apprirent aux autres les techniques qui se sont transmises de père en fils jusqu’à ce jour. Anciens nomades marins, le peuple Vezo vit sur cette partie de la côte malgache au sud de Morondava, avec la mer pour demeure. Marins endurants, ils sont aussi charpentiers et perpétuent cette tradition bretonne, avec un outillage rudimentaire mais un réel savoir-faire.

    Texte (1000 – 1500 mots) et reportage photo complet, sur demande.