Les japonais sont les premiers consommateurs de poisson au monde. Il n’est donc pas étonnant que le marché de Tsukiji à Tokyo voie passer chaque jour 2900 tonnes de poissons et de fruits de mer, un record ! On y trouve le thon rouge, bien sûr, tant consommé dans l’archipel au grand dam des associations écologiques, mais pas seulement… Dans les restaurants spécialisés du pays, la carte des sushis et sashimis propose parfois plus d’une cinquantaine d’espèces différentes, de l’espadon au maquereau, du crabe de Sibérie au poisson pierre réputé pour sa chair mais aussi pour son poison mortel. Une véritable culture et un art culinaire à part entière. Mais aujourd’hui, la menace pèse sur ce marché. Certaines espèces sont victimes de la surpêche comme le thon rouge de Méditerranée et surtout les graves conséquences de l’accident nucléaire de Fukushima, laissant entrevoir une contamination radioactive des eaux du littoral et de sa faune. Mais le pays possède la 5ème plus vaste zone maritime au monde, de l’Australie à l’inde. Les chalutiers partent dorénavant de plus en plus loin afin de réponde à la demande. Le volume annuel du marché de Tsukiji chute chaque année et le ministère des affaires maritimes se demande si les habitudes gustatives de ses compatriotes ne devront pas, finalement s’adapter.

    Texte (1000 – 1500 mots) et reportage photo complet, sur demande.