L’Himalaya indien, frontalier avec le Pakistan et la Chine, est une région stratégique de premier plan pour le gouvernement, mais aussi une enclave couteuse à maintenir dans le giron national. Cette région est en partie revendiquée par le Pakistan depuis l’indépendance du pays acquise en 1947, mais aussi convoitée par son puissant voisin, la Chine. Afin de maintenir l’acheminement en artillerie lourde dans ces vallées frontalières mais reculées et aussi pour assurer l’économie régionale, l’entretien des routes reste vital. Le col de Khardung-La à 5600 m d’altitude qui en fait la plus haute route du monde, permet d’accéder à la vallée de Nubra, que les militaires chinois tentent d’envahir épisodiquement. Les autres routes accessibles par des cols similaires doivent aussi être praticables dès la fin de l’hiver. Eboulements et avalanches emportent chaque année des dizaines d’ouvriers, véritable forçats de la route qui, faute de moyen, tentent de déblayer avec des engins archaïques ou à la force de bras ces routes du bout du monde.

    Texte (1000 – 1500 mots) et reportage photo complet, sur demande.