Le Mont Saint-Michel est sans aucun doute l’un des monuments les plus importants du patrimoine architectural francais. Sa silhouette est mondialement connue puisque le Mont accueille chaque année près de 3,5 millions de visiteurs : des pèlerins ou de simples touristes. Le Mont, classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco en 1979, est ainsi le troisième site touristique le plus fréquenté de France, après la tour Eiffel et le château de Versailles. Cette célébrité a permis le développement d’une image de marque notamment avec les fameuses galettes St Michel.
    En 708, Aubert, évêque d’Avranches fit élever sur le Mont Tombe un sanctuaire en l’honneur de l’archange St Michel qui le lui aurait ordonné en rêve. Le Mont devint alors un important lieu de pèlerinage avant que l’abbaye soit occupée à partir du Xème siècle par une communauté bénédictine. Grace à eux, un village se développa en contrebas et les habitants formèrent une communauté fermée, isolée au creux de la baie du Mont. Pendant la Guerre de Cent Ans, le Mont Saint Michel devint une place forte contre l’ennemi anglais venant des iles toutes proches de Jersey, Guernesey, Sercq et Aurigny. Le Mont a gardé une architecture militaire et sa résistance en fit un lieu symbolique de l’identité nationale francaise. Après la Révolution de 1789, l’abbaye devint prison mais elle a depuis retrouvé son aspect religieux puisqu’elle est aujourd’hui occupée par des membres de la communauté des Fraternités de Jérusalem. C’est son isolement qui a fait l’histoire et la célébrité du Mont Saint-Michel. Les travaux entrepris en 2005 visent à redonner au site son aspect premier. Le but est donc grâce à la construction d’un barrage de permettre le désensablement de la baie pour que la mer puisse à nouveau encercler le Mont afin de lui redonner son aspect solitaire et inaccessible.

    Texte (1000 – 1500 mots) et reportage photo complet, sur demande.