L’origine des phares se confond avec l’origine de la navigation. Dès que les premiers marins se risquèrent dans les zones dangereuses et osèrent affronter les aléas et les dangers d’une nuit en mer, la nécessité d’une signalisation optique s’imposa. Les premiers phares datent de l’antiquité et essaimèrent le pourtour de la mer Méditerranée. Il n’en reste plus de trace aujourd’hui. Puis vient la découverte du monde par les grands navigateurs qui amorce le développement de ce mode de signalétique maritime. Il s’accentue à partir du 17e siècle en France et principalement dans le Finistère. Tous les navires venant d’Europe du nord pour sillonner les mers du monde passent au large de la Bretagne. Son découpage côtier accidenté et ses nombreux récifs en font un lieu de naufrage redouté. Aux pointes du Finistère, sur les redoutables récifs des iles comme Ouessant ou Sein, les hommes érigent des phares souvent isolés en pleine mer dans des conditions rudes. Vauban donne le ton en faisant construite le phare de Stiff sur Ouessant. Les débuts de la révolution industrielle et l’apogée du commerce maritime, accélèrent la construction de phares à l’architecture diverse et variée, souvent très réussie. En témoignent les phares du Finistère aux élégantes et robustes silhouettes. Tous sont aujourd’hui automatisés.

    Texte (1000 – 1500 mots) et reportage photo complet, sur demande.