En 1841, des résidents fortunés Anglais et Chinois décidèrent de construire sur un marécage insalubre de l’île de Hong Kong un champ de course. Le Hong Kong Jockey Club venait de naître, dans la pure tradition britannique avec son hippodrome court de 1 mile (1,6 km) de long, appelé le « happy valley ». Sur un des territoires les plus denses du monde, ce féérique et improbable hippodrome, coincé en plein centre ville, au milieu de gratte-ciel vertigineux, semble défier et résister à la folie immobilière qui atrophie et défigure aujourd’hui le rocher de Hong Kong. Chaque mercredi soir, une moyenne de 40 000 spectateurs se retrouvent dans une tribune gigantesque sur 8 étages pour assister aux courses équestres les plus prestigieuses d’Asie. En Chine et à Hong Kong seuls des jeux d’argent sur les chevaux et le Mah-jong (jeu de stratégie chinois) sont autorisés. Pour les autres, cela se passe de l’autre côté du fleuve à Macao, du moins pour l’instant…

    Texte (1000 – 1500 mots) et reportage photo complet, sur demande.