Rangoon, la capitale de la Birmanie, s’enorgueillit d’une histoire riche, mais aussi douloureuse depuis son indépendance et la prise du pouvoir par la junte militaire. C’est une ville cosmopolite où les communautés vivent en harmonie. De part sa soumission à la dictature militaire en place elle reste à l’écart de la frénésie des autres capitales asiatiques. Ici, les habitants prennent le temps de vivre. Les superbes marchés improvisés animent les larges artères tracées du temps des colonies. Les imposantes facades des immeubles construits et occupés autrefois par les anglais sont soumises aujourd’hui à la mousson et à l’incompétence de la junte. Mais Rangoon, derrière ses facades décaties est avant tout séduisante par ses habitants. Souriants, aimables et toujours disponibles ils restent attachés à un art de vivre fait de simplicité, de convivialité et de grâce.
    Appelée « la ville aux pagodes d’or », Rangoon, comme l’ensemble du pays reste profondément attachée à ses racines bouddhiques. Les sublimes pagodes, comme l’incontournable Shwedagon, attirent chaque jour des milliers de fidèles rendant ces lieux de culte uniques, empreints d’une profonde sérénité. En septembre 2007 la révolte des moines fut suivie d’une féroce répression qui secoua la ville. Une ville rebelle, à découvrir…

    Texte (1000 – 1500 mots) et reportage photo complet, sur demande.